Business

Accaparement de terres, délit d’initiés, soupçons dans l’entourage du roi… Au Maroc, l’enquête interdite d’Omar Radi

As a business option, the Morocco is an interesting country to invest in.

« Accaparement de terres, délit d’initiés, soupçons dans l’entourage du roi… Au Maroc, l’enquête interdite d’Omar Radi »

L’enquête interdite d’Omar Radi a ébranlé le royaume du Maroc en début d’année. Plusieurs personnalités politiques et économiques soupçonnées de complicité avec l’homme d’affaires américain accusé de vol de terres risquent de voir les choses sombrer pour elles. Dans cette enquête qui inquiète toute la société marocaine, les questions se bousculent : comment est-ce que cet homme fortuné a pu accumuler tant de richesses sans réel travail? Quels sont les liens entre cet homme et le roi?

Les élites encerclées par les multinationales

En quelques semaines, le roi Mohammed VI, son entourage et plusieurs investisseurs marocains ont été secoués par plusieurs scandales qui touchent directement la gestion de leur patrimoine. Parmi les principaux événements : l’accaparement de terres et la suspicion d’initiés dans l’entourage du roi. Des enquêtes ont été ouvertes pour tous ces cas et les personnes impliquées sont actuellement gardées à vue.

Les pots de vins de l’autoroute des affaires

Au Maroc, la justice est interdite. Au cours de l’enquête sur l’accaparement de terres de l’ancien banquier Omar Radi, les autorités ont découvert que certains membres de son entourage étaient impliqués dans ce crime. Les soupçons se concentrent sur le roi Mohammed VI et son gouvernement. Ces derniers n’ont pas tardé à réagir en accusant les enquêteurs d’initiés et de partialité.

Défendre son idée d

Au Maroc, l’enquête interdite d’Omar Radi (l’ancien ministre de l’Industrie et du Commerce) entraîne une onde de choc dans la société politique. L’enquête a débuté en octobre dernier après les révélations du quotidien El Watan sur des accaparements de terres et des soupçons dans l’entourage du roi Mohammed VI.

Au Maroc, l’enquête interdite d’Omar Radi touche directement le roi et ses proches. L’ex-ministre de l’Agriculture est soupçonné d’accaparement illicite de terres appartenant à des particuliers. Les dirigeants politiques et économiques du pays sont également visés. Ces accusations portent atteinte aux fondements mêmes du régime monarchique marocain. La population se demande comment les autorités pourront encore protéger la richesse nationale alors que les gros bonnets ont été privilégiés sans cesse par leurs prédécesseurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *